En ski de randonnée avec son chien

Je suis clairement plus heureux d’être là que mon petit chasseur d’écureuil.

Le ski de randonnée fait un retour en grande pompe depuis quelques années dans l’univers du plein air québécois. Comme amateur et amatrice de plein air, vous avez certainement été tenté par ces aventures dans l’arrière-pays des montagnes québécoises à la recherche de poudreuse… ou de poud’ dans le jargon !

Dans les sentiers d’ascension, il n’est pas rare de croiser des propriétaires de chien avec leur compagnon canin. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui m’a décidé à me réconcilier avec le ski alpin (on était en chicane depuis plus de 10 ans, mais c’est une autre histoire !) tout en découvrant une nouvelle activité à pratiquer avec Blaze Runner, mon petit alaskan intuable.

Maintenant que la saison s’achève, je vous offre 4 points essentiels à considérer avant de vous lancer dans l’aventure d’une rando alpine avec pitou !

1- Connaitre son chien

On va se le dire, on est tous en amour avec nos chiens. Pas de doute, ils sont tous parfaits aux yeux de l’humain qui tient la laisse. Cependant, quand vient le temps de pratiquer un sport avec Pitou, il faut s’assurer que l’activité soit adaptée aux capacités uniques de votre bête.

Aptitudes physiques

Blaze Runner a une morphologie presque parfaite, mais aimerait bien être plus haut sur patte lorsqu’il y a beaucoup de poud’ !

En randonnée alpine, la montée s’apparente à la marche en raquette en montagne. La plupart des chiens habitués à la marche en sentiers seront donc tout aussi à l’aise que lors de votre sortie de fin de journée dans les sentiers achalandés du Mont-Royal. Par contre pour la descente, c’est une autre histoire !

En gros, à moins de le mettre dans ton sac à dos, ton teckel ne suivra pas en ski alpin. Pire encore si tu veux skier dans la poudreuse ! De plus, pendant que vous glissez à toute vitesse, votre prunelle court sa vie pour vous suivre. L’idéal est donc un chien très athlétique, léger et rapide, assez haut sur patte pour ne pas trébucher à la moindre tombée de neige.

Aptitudes comportementales

Pour pratiquer la randonnée alpine avec votre chien, comme dans beaucoup d’autres activités de plein air, votre chien doit pouvoir interagir normalement avec son environnement et ce qu’il rencontre sur son passage.

Vous avez un chien réactif et le contrôlez bien en laisse ? Pensez comment vous aller céder le passage aux autres utilisateurs des sentiers avec les skis aux pieds.

Vous voulez laisser votre chien sans laisse (si la réglementation le permet évidemment) ? Votre rappel et contrôle doivent être impeccables, surtout dans les endroits achalandés. Rappelez-vous que vous connaissez votre chien, mais pas celui du voisin.

Un excellent rappel est essentiel pour profiter de moments sans laisse!

Votre chien tire ou suit ? Dans la descente, définitivement le moment le plus dangereux pour votre chien, vous et les autres personnes sur place, cela fera une grande différence (à suivre plus bas). Attention, s’il alterne entre les deux, il risquera de vous envelopper avec la laisse. Si vous avez les skis aux pieds, votre journée va se transformer en scène de Star Wars - L’empire contre-attaque.

2- Avoir le bon équipement

Parlant de laisse et de position du chien, il est capital d’avoir un équipement sécuritaire pour vous et votre pitou avant de vous aventurer en sentier. Dépendant de ses habitudes et de son comportement, il vous faudra différents types d’équipement. Pensez à tester votre setup dans un endroit familier afin d’éviter les surprises lorsque vous serrez en montagne.

Harnais

Blaze Runner prend la pose avec son harnais de traction rouge… parce qu’on c’est tous que c’est une couleur plus rapide!

L’époque des colliers est terminée. Excepté pour accrocher la médaille et faire cute, le collier est trop risqué pour des aventures sportives avec Fido. Choisissez un harnais approprié à la position du chien. S’il tire, utilisez un harnais de traction avec une attache à la base de la queue, sinon, un harnais standard avec une attache aux épaules est suffisant.

Personnellement, j’utilise mon harnais de traction lorsque je garde Blaze Runner en laisse et mon harnais de tous les jours, avec une bonne poignée sur le dos, pour les journées en toute liberté. Ça facilite le passage des obstacles et la maitrise du chien.

Laisse

Pas de secret ici. Vous avez besoin d’une laisse bungee si vous faites de la traction, mais elles sont à éviter autrement. Le rebond de l’élastique risque de vous faire perdre l’équilibre. Laissez votre flexileash à la maison, ce type de produit n’est absolument pas approprié pour les activités sportives. Prenez plutôt une laisse de qualité assez longue pour permettre au chien de marcher devant et derrière vous sans accrocher vos skis.

Ceinture

Traction ou pas, vous aurez certainement à un moment ou un autre besoin de fixer votre laisse à vous pour libérer vos mains. Si votre chien marche au pas, un simple carabinier à votre ceinture de sac à dos fera probablement le travail. Si toutefois vous pensez faire travailler votre partenaire canin, un modèle de canicross ou skijoring sera parfait pour maximiser l’effort de votre chien et votre confort.

Vêtements hivernaux

L’après-ski à son meilleur grâce à un vieux sleeping bag!

Votre chien n’a jamais froid ? Êtes-vous certain ? Mon husky de 4 ans, ex-chien de traineau, habitué à dormir dehors et qui m’accompagné dans d’innombrables demi-marathons hivernaux n’a pas tenu le coup. L’effort lent, l’altitude, le vent et les pauses lors des transitions peuvent être difficiles pour le chien qui attend à vos côtés. Surveillez la météo au sommet et ayez à portée de main les items suivants (en liste de priorité) pour les journées froides :

  • Bottes pour protéger les pattes :  Prenez celle vendue individuellement à 3$, ça dérange moins de les perdre. Si c’est bon pour les musher de l’Iditarod, c’est bon pour vous.
  • Couverture ou tapis : Offrez à votre partenaire d’aventure un endroit plus intéressant que de la neige pour relaxer pendant que vous retirez vos peaux et faites vos selfies. Bonus, il pourra faire l’après-ski dessus rendu au parking !
  • Manteau : Certains chiens n’en ont vraiment pas besoin, mais le manteau  conservera la chaleur corporelle du chien et peut être utilisé comme tapis. Mon go-to lorsqu’il fait sous les -10 Celsius.

3- Trouver le bon endroit

Si vous faites du plein air avec votre chien, vous savez que certains lieux sont plus difficiles à fréquenter que d’autres avec votre bestie. Les stations de ski sont certainement l’un des endroits les plus limités à accéder avec pitou… et avec raison ! Vous imaginez une bande de chiens dévalant les pentes à toute vitesse entre les skieurs.

Optez plutôt pour des stations fermées définitivement qui offriront un dénivelé intéressant et des restants de pistes aménagées qui vous laisseront toute la place pour faire de beaux virages. Consultez les groupes Facebook de randonnée alpine de votre région pour connaitre les bons spots et utilisez Google Maps pour repérer les pistes.

L’ancienne station de Grey Rock est un endroit bien connu de la région de Mont-Tremblant. Voyez comme les pistes sont toujours visibles!

Sinon, dirigez-vous vers du hors-piste. Les parcs nationaux, provinciaux et régionaux du Québec regorgent de terrains montagneux. Les sentiers d’ascensions qu’on y trouve sont tout aussi sympathiques, voir même plus “rustique” avec leurs installations minimales. Dans ce cas, la descente se fera dans des sous-bois, entre les arbres, souvent à basse vitesse. Idéal pour votre compagnon qui vous accompagne s’il est sans laisse, mais impossible autrement.

Peu importe l’endroit que vous choisissez, assurez de connaitre les règles des sentiers et de respecter les consignes de sécurité préconisées par l’administration.

Vous trouverez plein d’endroits super pour commencer vos recherches sur notre blogue!

4- Connaissez les dangers pour pitou et préparez-vous!

Blesser son chien est déjà une sensation incroyablement désagréable, imaginez à 10 km de l’auto, aux trois quarts de la montagne ! La prévention est le meilleur remède comme on dit.

Les carres

Les carres sont la partie métallique coupante sur le côté de vos skis. Ils vous permettent de tourner, freiner et de vous contrôler en général. Pour être efficaces, ils doivent être très coupants. Ils sont donc dangereux pour les pattes de votre chien ! Particulièrement si votre laisse est trop courte et que vous le bumpez avec vos palettes ou si votre chien vous suit de trop près à l’arrière. Idéalement, suivez notre conseil et mettez des bottes à votre compagnon pour offrir une protection supplémentaire.

Truc bonus: Blaze Runner a dû apprendre à se tenir légèrement plus loin. En utilisant ma tringle pour bloquer l’accès lorsqu’il tente de passer et un encouragement vocal, il a compris à quelle distance il doit se tenir. Ne touchez jamais votre chien avec votre bâton ! Il est muni d’un bout de métal et vous risquez de lui faire mal.

Les collisions… avec des branches

Rares sont les collisions avec les autres skieurs, c’est plutôt les arbres et leurs branches qui risquent de blesser votre partenaire à quatre pattes. Souvent cachées sous la neige, elles peuvent couper, abîmer ou même casser (aillle !) une patte de votre précieux.

Même si on le souhaite à personne, ce genre d’accident peut arriver et avoir une solution pour sortir votre chien du bois est à mon avis essentiel. La solution miracle reste encore à trouver, mais avoir un harnais d’urgence comme le modèle airlift de Fido Pro enfouit au fond du sac à dos permet de s’aventurer dans les endroits reculés sans crainte d’avoir à y laisser votre meilleur ami.

Prêt pour la descente?

Voilà mes constats après ma première année de ski de randonnée accompagné par mon fidèle Blaze Runner. 4 éléments capitaux qui vous permettront, je l’espère, de découvrir un nouveau sport à faire avec votre compagnon canin.

Publié par

François-Léo Fortin-Gaudin

Facebook logoInstagram logoWebsite icon

Duo de célibataires sympathiques à la recherche d’aventure dans les sentiers montagneux de la Belle Province et d’ailleurs. Retrouvez-les au sommet pour le coucher de soleil ou au bord du feu pour la IPA.

Coordonnées

Législation spécifique de race

BSL